Les options

Option "Découverte professionnelle 3 heures" (DEE)  par Administrateur le 2014-06-15

La DEE (découverte de l'environnement économique) est une option facultative ouverte aux élèves de troisième.

Trois thématiques principales sont abordées : la découverte des métiers, la découverte des formations, la découverte des entreprises et des structures de l'environnement économique. Cette option permet également aux élèves d'approfondir leur projet d'orientation.

Les activités proposées aux élèves sont variées : recherches, présentation orale, préparation d'expositions, sorties, rencontres avec des professionnels...

N'hésitez pas à consulter le diaporama réalisé par les élèves pour plus de détails : http://www.college-django-reinhardt.fr/ADI/files/PRESDEE2014seule.pdf

Le latin  par Administrateur le 2014-06-18

« … l’utilité du latin et du grec, avec tous les efforts et les enseignements que cet apprentissage comporte et tout l’entraînement qu’il fournit, est d’autant plus grande qu’elle se place plus tôt. » (Jacqueline de Romilly[1])

I – LES FINALITES DE L’ENSEIGNEMENT DU LATIN

                En classe de 5è, le collégien a la possibilité, s’il le désire, d’étudier le Latin. Les finalités de cet enseignement sont définies comme suit dans les Instructions Officielles de l’Education Nationale.

« La lecture et l’interprétation des textes grecs ou latins doivent permettre à l’élève :

  • de développer ses compétences de lecteur,
  • de développer sa curiosité et de nourrir son imaginaire par la connaissance des mythes et des représentations de l’Antiquité,
  • d’enrichir et de mieux comprendre sa langue maternelle, en particulier par l’étymologie,
  • de former son jugement par l’approche simple des modes de pensée antiques,
  • d’apprendre à se situer dans l’histoire et à mieux comprendre le présent.

L’enseignement des langues anciennes […] est donc en relation d’abord avec l’enseignement du Français, mais aussi avec l’Histoire et l’Education civique ; il renforce des compétences communes aux langues étrangères. »

Il participe également à la formation intellectuelle en développant des capacités d’attention, de mémoire, de finesse, de rigueur ; il intervient donc en synergie autant avec les matières littéraires que scientifiques :

« Au-delà de ses apports littéraires et historiques, l’étude des langues anciennes a-t-elle sa place dans le cursus d’un futur scientifique ? J’en ai la conviction. Pénétrer dans l’intimité d’une langue ancienne requiert un effort de rigueur intellectuel très voisin de celui que l’on cultive en sciences. La recherche du « sens », dans le texte apparemment obscur qu’on lui propose, nécessite, chez l’enfant, ce même mélange intime de raisonnement strict – cher aux mathématiciens – et d’intuition imaginative – cher aux physiciens – sur quoi s’appuie l’enseignement des sciences. Etudier une langue ancienne m’apparaît de ce point de vue comme un enrichissement et une ouverture de l’esprit particulièrement bénéfiques pour les collégiens ou les lycéens qui se destinent à des études scientifiques. » (Yves Quéré[2])

II – A QUEL PUBLIC LE LATIN S’ADRESSE-T-IL ?

                Ainsi définie, la finalité de l’enseignement du latin participe bien au projet global de l’école, qui est la formation de l’intelligence et de la personnalité, la matière s’adresse donc a priori à tous les élèves. Si elle est optionnelle, c’est cependant afin de permettre à chacun de se déterminer en toute connaissance de cause, en fonction de ses goûts, mais aussi de ses besoins.

                Le Latin sera particulièrement profitable aux enfants curieux du passé sous toutes ses formes (histoire, mythologie, archéologie). Cet intérêt, généralement vif chez eux, est soutenu en 6è par le contenu du cours d’Histoire, centré sur les civilisations anciennes, notamment l’Egypte, la Grèce et Rome. Les impératifs des programmes ultérieurs font que l’histoire ancienne sera réservée ensuite aux seuls spécialistes (étudiants d’histoire ou de Lettres Classiques) ; le Latin offre ainsi à l’enfant la possibilité d’entretenir et de nourrir sa curiosité à travers une découverte féconde des racines de sa civilisation.

                Si un niveau préalable satisfaisant en grammaire française facilite incontestablement l’approche de la langue latine, il ne constitue pas pour autant un prérequis incontournable. Le Latin intervient, au même titre que le Français, dans un processus d’apprentissage linguistique global, et la méthodologie propre aux langues anciennes permet à l’élève non seulement de se familiariser avec la démarche fonctionnelle, mais surtout d’en saisir la nécessité profonde. En ce sens, la fréquentation régulière des textes latins s’avère être une fructueuse alternative à l’enseignement de la grammaire française.

                Une option, enfin, n’est pas une matière accessoire, mais un atout supplémentaire dans un cursus scolaire : elle implique de la part de l’élève à la fois de la persévérance dans sa détermination et un travail régulier, deux conditions indispensables qu’il ne remplira que si son adhésion à la matière est librement consentie.

III – LES GRANDES LIGNES DU PROGRAMME

                En 5è, les textes abordés sont des récits simples, mais sélectionnés à partir de textes authentiques, souvent accompagnés de traductions partielles. Ils sont regroupés autour de thèmes comme les rapports entre le mythe et l’histoire (origines de Rome ; mythes héroïques ; Rome et la Gaule), les récits merveilleux sur les animaux et certains aspects de la vie quotidienne (espace, temps, famille, religion).

                En 4è sont abordés divers aspects de la société romaine (activités, loisirs) et de l’histoire de la République à travers des textes narratifs ou descriptifs.

                Le programme de 3è propose une découverte des combats politiques majeurs de la République et de l’Empire à travers des passages d’orateurs et d’historiens, mais aussi des principaux courants poétiques de l’ère augustéenne. Un accent particulier est mis sur l’étude de la rhétorique qui supplée ainsi à celle de l’argumentation prévue en cours de Français.

                Les parents qui souhaitent approfondir l’apport des langues anciennes à la formation intellectuelle pourront consulter avec profit le livre de Jacqueline de Romilly (voir note 1 pour références).

                                                                                                                              M.-A. DUBUR-JARRIGE

                                                                                                                              Professeur de Lettres Classiques

                                                                                                                              Collège Django Reinhardt - Toulon

 

+ Afficher / masquer la suite de cette publication ...